Election au Conseil régional

En mars 2004, je suis élue conseillère régionale  et en avril  -mai nommée Présidente de la Commission Sécurité - Prévention.

Je participe à tous les combats de la Ligue contre la violence routière et à ceux des associations de défense pour le droit des enfants et de la prévention des maltraitances.

Même si j’ai considéré un moment que le champ de ma commission devait, de façon transversale, relever de ce qui est de la sécurité environnementale, sociale, sanitaire, il m’est apparu que ces questions devaient être traitées par mes collègues de la commission environnement. J’ai donc recentré mes priorités sur le travail qui avait été accompli dans la précédente mandature, à savoir, sans me focaliser sur la délinquance urbaine dans son aspect répressif, tout ce qui était de l’ordre de la prévention des violences, qu’elles soient conjugales, familiales ou sociales.

Cette démarche s’ inscrit dans le cadre de la politique de développement durable et d’écologie politique auquel je crois. Il s’agit de protéger  par les actions que nous allons soutenir et même initier, les générations qui nous précèdent, la nôtre et les générations futures.

 

Dans la mesure où la prévention et la sécurité ne sont pas compétences directes de la Région, il convient donc de mener des politiques complémentaires et ciblées en s’intéressant en particulier à prévenir les risques de comportements létaux des  16-25 ans puisque cette catégorie de population est notre cible privilégiée.
(lycées, formation, apprentissage…).

 

Mes priorités affichées sont les suivantes :

 

-          Développement du réseau euroméditerranéen des mineurs isolés (REMI).

Ce réseau a pour vocation de mener un travail de coopération transfrontalière pour lutter contre l’exploitation des enfants dits « errants » exploités par des réseaux criminels en vue de les prostituer et/ou de les exploiter à des fins de mendicité ou d’esclavage domestique et pour lutter contre tous  les trafics d’enfants.

 

-          Mise en œuvre de programmes de prévention et de sécurité routières pour sensibiliser les conducteurs et notamment les jeunes à avoir un  comportement exemplaire au volant, plus particulièrement les conducteurs de 2 roues.

 

-          Lutter contre les violences conjugales et plus généralement les violences faites aux femmes et prévenir ce type de violences souvent mal appréhendées par les instances policières et judiciaires et par les hommes (partenariat d’étude avec la chargée de mission préfectorale aux droits des femmes et à l’égalité dans les Alpes Maritimes et la conseillère régionale Paca chargée des droits des femmes)

 

-          Pérenniser la mise en sécurité des TER avec la SNCF sur le réseau régional

 

-          Mettre en place des programmes d’actions d’aide aux victimes en favorisant la médiation par l’accès au droit dans les antennes de justice et les maisons du droit, en soutenant les associations spécialisées dans la prévention, en développant le pôle de ressources régionales de sécurité et de prévention de la délinquance et en pérennisant l’accompagnement des politiques locales de sécurité dans les communes et les intercommunalités.

 

-          Soutenir la prévention de la violence dans les milieux sportifs.

 

Depuis mon élection à la Présidence de cette commission, j’ai successivement invité à venir débattre de leurs actions lors de nos réunions.

Entre autres, Monsieur Jacques Beaume (Procureur de Marseille)  sur les Maisons de justice et du droit et plus généralement des réseaux judiciaires de proximité ; Monsieur Calmette (magistrat au TGI de Marseille et Président de l’UNAVM) ; Madame Lodvick, directrice de l’Association Jeunes Errants à Marseille;
Madame Chantal Marie Laurent, Déléguée Régionale PACA de la Ligue contre la violence routière; des associations de prise en charge de femmes victimes de violences conjugales (SOS femmes, Stop violences femmes) ; des responsables de structures de prévention de la délinquance (Ligue varoise de Prévention, ADDAP 13).

Plus récemment, j'ai invité Madame Christine Perez, Directrice du SPIP de Draguignan au Centre pénitentiaire avec laquelle je travaille sur des dossiers de réinsertion; le Docteur Hervé Haas, Chef de Service des urgences pédiatriques de l'Hôpital de l'Archet à Nice venu nous expliquer le pourquoi de la création d'un pôle d'accueil médico-judiciaire des enfants et adolescents victimes de maltraitances et les résultats de son travail.